Courage, virons ! Rodrigue, as-tu du cœur ?

Eh oui, à l’origine, le mot courage vient de cœur, ce qui habille la notion de hardiesse sans faille d’une touche de bienveillance et lui donne une dimension morale.

Dans la novlangue de l’entreprise, on a changé le sens de certains mots, tandis que d’autres ont complètement disparu du dictionnaire.

Parmi les mots qui ont changé de sens, on trouve notamment «courage». En novlangue, est courageux celui qui accepte de faire les basses besognes en mettant un mouchoir sur sa conscience. Nous avons tous vu devant les caméras des journaux télévisés des «courageux» venant annoncer la larme à l’œil des plans de licenciements brutaux qui leur fendent le cœur, justement.

Certains dirigeants d’entreprise n’ont pas leur pareil pour gérer les paradoxes. Objectifs obligent, ils sont passés maîtres dans l’art du double langage et sont prêts à appliquer les méthodes les plus perverses : harcèlement moral, système de notation arbitraire, coupes claires dans les effectifs.

S’ils ont été eux-mêmes, dans le passé, de simples grouillots, ils l’ont oublié. Certains sont devenus les véritables tueurs dont l’entreprise a besoin lors des plans et restructurations et qu’elle place à des positions stratégiques en prévision de ceux-ci.

A ceux qui auraient des problèmes de conscience, on explique qu’ils ne doivent pas avoir honte de leurs actes, au contraire, que tout ce qu’ils font est absolument nécessaire et que s’ils ne le faisaient pas, des maux encore plus grands s’abattraient sur l’entreprise: perte de confiance des actionnaires, externalisations, voire faillite ! Ils finissent par se persuader qu’ils ont agi avec courage, ce qui leur permet d’aller jusqu’au bout de leurs actes sans en avoir honte, et même avec · une certaine fierté.

C’est ça le nouveau courage des managers.

Malheur à ceux qui, un beau jour, ouvrant les yeux, voient clair dans le jeu qu’on leur a fait jouer. La plupart des dirigeants qui viennent s’effondrer dans les locaux syndicaux sont souvent ceux qui ont cru sincèrement aux «valeurs» de «l’entreprise», jusqu’au jour où ils n’ont plus pu supporter d’agir en contradiction avec leurs convictions morales, et se sont mis à écouter. .. leur cœur.

Ces femmes et ces hommes qui osent résister, voire désobéir, mettent parfois leur carrière en jeu. Saluons-les, car le vrai courage est là.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *