Petite réflexion sur la laïcité

 

L’assassinat le 16 octobre 2020 de notre collègue Samuel Paty a bouleversé comme jamais la communauté des enseignant.e.s d’histoire-géographie et d’EMC.

Tous les jours, nous sommes confronté·es dans nos enseignements à des questionnements, des remises en cause et parfois des attaques qui sont aussi présents dans les établissements confessionnels de l’enseignement privé sous contrat.

Plusieurs d’entre nous peuvent témoigner des discussions longues en classe avec certain·es élèves sur le génocide arménien, le génocide tutsi ou les remarques sur des chapitres que certains parents trouvent « trop longs » sur l’histoire de l’islam…

Non, l’enseignement privé n’est pas en dehors de ces questions de société et oui, nombreux parmi nous se retrouvent démuni·es mais surtout seul·es dans ces situations.

Les directions des établissements adoptent le plus souvent la même politique que celle du ministère : qui est convoqué ? Le ou la prof, qui doit s’expliquer !

Une chose doit être rappelée à toutes et tous nos collègues pour se défendre dans ces moments, peu importe les disciplines : nous sommes au sein des établissements des personnels du ministère et nous adoptons en classe une posture laïque qui permet de transmettre à toutes et tous les élèves des savoirs communs et surtout un esprit critique.

La laïcité c’est compliqué, c’est vrai. On n’en a pas toutes et tous la même définition car souvent on a « notre » laïcité.

Celle de la République est simple et claire : toutes les religions sont acceptées et garanties par la liberté de culte mais elles se pratiquent dans le cadre privé pour que l’espace public puisse garantir la liberté de conscience de chacun et chacune. L’État garantit que ces deux libertés soient respectées d’où son statut souvent caractérisé de « neutralité ».

Dans la classe, l’enseignant·e joue le rôle de l’État. Son savoir n’est pas une prise de position idéologique mais scientifique. Il et elle sait ce que les élèves peuvent voir, comprendre et analyser car c’est un·e pédagogue.

A la suite de l’attentat contre notre collègue, on a vu fleurir les commentaires sur son « erreur » de montrer les caricatures de Charlie Hebdo
Quelle indécence !

Toute production humaine est un matériel historique et il est à contextualiser, étudier, critiquer pour comprendre une société dans son temps. Voilà le propre de tout cours d’histoire-géographie et de l’EMC ! Il n’y a pas de tabou, pas de censure mais oui, des adaptations pédagogiques, et l’enseignant·e sait le faire.

Défendons toujours les collègues qui sont remis.e.s en cause dans leur enseignement sur ces questions, continuons à défendre la laïcité dans les classes.

Gaëlle RANDRIANARISOAAcadémie de Créteil
Enseignante d’histoire-géographie-EMC

Cet article est issu du Trait d'Union de Février 2021 (page 5)
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.