Merci Patron !

Synopsis : Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine  fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison.

C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne sœur rouge, de la déléguée CGT et d’ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le cœur de son PDG, Bernard Arnault. Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ?

Du suspense, de l’émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picards réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l’homme le plus riche de France ?

La bande-annonce est ici
L’avis de Jean Gadrey, Professeur honoraire d’économie à l’Université Lille 1, Collaborateur régulier du journal Alternatives économiques

Ce film sort officiellement le 24 février, mais des avant-premières sont prévues en janvier (programme à retrouver sur www.fakirpresse.com).

Ne loupez ce film sous aucun prétexte. Le style est-il inspiré par Michael Moore, version « pieds nickelés picards » ? Est-ce très drôle à de nombreux moments ? Émouvant à d’autres ? Populaire ? Dénonciateur ? Est-ce une aventure parfois policière ? Trouve-t-on, du côté de la direction et des cadres du groupe LVMH, des propos tellement inouïs qu’on se demande s’ils n’ont pas été inventés par le réalisateur et joués par des acteurs ? Comment quelques personnes ont-elles pu piéger à ce point une machine sécuritaire d’entreprise aux énormes moyens ?

Ce film est tout cela à la fois, et plus encore car il va susciter débats et critiques, honnêtes ou malveillantes, et ce sera l’une des raisons du succès que je lui souhaite de tout cœur.

Sur le plan éthique, la méthode de « piégeage » de Bernard Arnault et de ses séides est-elle justifiée, avec les caméras cachées, avec cet incroyable jeu d’acteurs d’un poker menteur qui nous tient en haleine ? Les personnes mises au chômage par Bernard Arnaud et qui défendent ici leur vie et leur maison, le dos au mur, sont-elles manipulées par le réalisateur ou totalement consentantes et actrices du film dans tous les sens du terme ? Que vont-elles devenir une fois le film terminé et projeté partout ? Cette mémorable action de petit groupe a-t-elle un sens et un intérêt pour les actions collectives, syndicales, etc. ? Le réalisateur n’est-il pas un peu trop présent, même si ses interventions sont pertinentes et souvent drôles ?

Pour ma part, j’ai peu de doute sur la légitimité des actions entreprises et sur l’intérêt politique et humain de « Merci Patron ».

J’ai peu de doute sur le fait que « Bernard le flingueur », grand ami de Sarkozy (il faisait partie des happy few invités au Fouquet’s après l’élection de 2007), né à Roubaix, le Roubaix chic, déjà le luxe, dont l’immense fortune (estimée par Forbes à 37,2 milliards de dollars en 2015) a été bâtie sur le malheur de dizaines de milliers de salariés en France et ailleurs, prenne très mal cette atteinte à son image.

Une image déjà écornée par son projet de devenir citoyen belge en 2012 pour des raisons de succession, projet qu’il abandonnera mais auquel il donnera une autre forme en transférant en Belgique début 2013, dans une fondation, la quasi-totalité des actifs de son groupe, avec Thierry Breton comme président de cette fondation au nom évocateur : Protectinvest.

Bravo les pieds nickelés picards pour cette œuvre de salubrité publique !

Trait d'Union Février 2016  
Article à lire et télécharger ici

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *