Externalisation des services : ni utile, ni efficace !

De nombreux établissements font appel à des sociétés extérieures, privées, pour remplacer le personnel OGEC sur diverses missions (ménage, restauration, entretien des bâtiments…). C’est l’externalisation. Ces changements ne sont bien souvent ni utiles, ni rentables. Alors pourquoi ? Exemple au Lycée et Collège Oratoire Ste Marie à Auch…

Suite au non renouvellement des contrats aidés par le gouvernement, les élus SNEIP-CGT du lycée et collège Oratoire Ste Marie ont posé la question suivante dans le cahier de la DUP (Délégation Unique du Personnel) :

Quelle solution la direction envisage-t-elle pour palier  la carence de personnels due au non renouvellement des contrats aidés ?

Le 11 septembre en réunion de la DUP la réponse à cette question a été apportée, mais elle n’est malheureusement pas au goût des représentant·es SNEIP-CGT Oratoire Ste Marie :

« Sur le site du collège, le service ménage va être externalisé  ».

La réponse a été fracassante pour les élu·es CGT, qui s’y sont farouchement opposé·e·s. Surtout que celle-ci, d’après la direction serait une opération financière «  blanche ». Si elle ne coûte ni ne rapporte rien à l’établissement, quel intérêt ?

Mais cette opération n’est pas « blanche » concernant les conditions de travail. Nous savons déjà que les prestataires devront effectuer la même charge de travail en moins de temps (56 heures étaient affectées aux personnels OGEC, 40 heures le seront pour le sous-traitant). La qualité du travail va être, de fait, impactée ainsi que la qualité de l’accueil des élèves. C’est Inadmissible pour la CGT de l’Oratoire Ste Marie.

Il est également regrettable que les représentants du personnel n’aient pas été informés ni consultés sur ces mesures alors même que la loi l’exige. Cela dénonce la qualité du dialogue social au sein de l’établissement.

La question qui se pose maintenant, c’est de savoir jusqu’où va aller l’externalisation ?

Nous ne sommes pas dupes, s’il n’y a aucun avantage économique pour l’établissement dans cette externalisation (ce qui reste à prouver, voir ci-dessous), nous savons qu’en revanche, il y en a bien un au niveau des obligations sociales qu’un employeur doit à ses salarié·es. A partir de là, la casse sociale est ouverte.

Nous ne voulons pas de dumping social dans notre établissement, ni de mise en concurrence entre les salarié·es OGEC et le sous-traitant. Nous devons veiller à ce que tou·te·s les salarié·e·s évoluent dans des conditions de travail respectables, c’est pour cela que le SNEIP-CGT s’oppose fermement à l’externalisation du travail.

Vous avez dit rentable ?
Promis juré craché : l’externalisation ne coûtera pas un centime de plus à l’établissement. Et tant pis si ces déclarations d’intention sont bien contradictoires avec la volonté des grands groupes spécialisés comme Sodexo ou Scolarest de faire de gros profits.
Dans les faits, la réalité est tout autre. Bien souvent, en année pleine après l’externalisation du ménage, le surcoût pour les établissements se chiffre en dizaines de milliers d’euros. Vous voulez vérifier ? Consultez le bilan financier de votre établissement, dont doivent disposer les élu·e·s du comité d’entreprise. Et étudiez bien l’augmentation des « services extérieurs »…

 

Pascal BOSCHET
Académie de Toulouse

Trait d'Union - Décembre 2017
Page 6

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *