Les profs décrocheurs ? Halte au « prof bashing » !

« École au ralenti, où sont les profs1 ? », « Les enseignants ont-ils repris le chemin de l’École ?2 », « Abandon de poste »3 Voilà, depuis plusieurs semaines, le genre de propos très largement répandus dans les médias par des éditorialistes ou certains responsables politiques. Des chroniques évoquant la situation à l’École présentent, sans modération ni distinction, les enseignant·es comme des personnels irresponsables, et parlent même de « profs décrocheurs ».

La CGT Enseignement privé dénonce ces propos successifs qui sous-entendent que les enseignant·es refuseraient de reprendre le travail et porteraient ainsi, seul·es, la responsabilité du peu d’élèves présent·es dans les écoles et établissements scolaires. Si la CGT reconnait le faible nombre d’élèves accueilli·es quotidiennement dans de nombreuses structures, elle rappelle surtout que cela n’est pas du fait des personnels. Cette situation découle directement et uniquement du protocole sanitaire imposé par le gouvernement et le ministère de l’Éducation nationale. C’est bien ce protocole, instauré pour garantir la santé des élèves et des personnels, qui impose le nombre d’élèves accueilli·es en un même lieu de travail et d’étude et donc une éventuelle rotation dans les classes des établissements scolaires.

Pour la CGT Enseignement privé, il est inacceptable que les personnels de l’Éducation nationale subissent une campagne de critiques de la sorte. Nous rappelons que les personnels de l’Éducation nationale n’ont pas cessé de travailler durant la période de confinement afin d’assurer, entre autre, la fameuse « continuité pédagogique » et le lien avec les familles qui ont très souvent loué l’engagement des enseignant·es. Avec l’enseignement à distance, les enseignant·es ont dû faire face à de nombreux obstacles (problèmes techniques, difficulté à garder le lien avec les élèves), mais ont su se réinventer et adapter au mieux leurs pratiques pour les rendre opérationnelles avec ce nouveau mode d’enseignement.

À l’heure de la reprise, mis à part quelques collègues considéré·es comme « personnes à risque », le nombre d’enseignant·es présent·es dans les établissements correspond au nombre d’élèves présent·es en fonction du protocole sanitaire ; les autres restant en télé-enseignement pour assurer justement la « continuité pédagogique » des élèves qui ne peuvent pas être accueilli·es dans les établissements scolaires.

Alors non, la CGT Enseignement privé ne peut entendre ce discours délétère et ces propos qui dénigrent toute une profession. Ils sont parfaitement injustes et inacceptables. Nous rappelons que les enseignant·es sont des agents publics de l’État et ne sont pas en capacité de refuser d’appliquer des mesures légales.

Nous rappelons aussi que les enseignant·es sont des femmes et des hommes qui ont à cœur de faire réussir tou·tes les élèves et l’ont prouvé en étant réactif·ves et disponibles pendant toute la période traversée, comme d’autres personnels assurant des missions de service public. Ils et elles ont donc raison de se sentir blessé·es par ces attaques successives, mais aussi récurrentes.

Montreuil, le 10 juin 2020

 

Les profs décrocheurs ? Halte au « prof bashing » ! en version imprimable

1 École au ralenti, où sont les profs ? , L'Opinion, 7 juin 2020
2 Déconfinement : les enseignants ont-ils repris le chemin de l’école ?, LCI, 2 juin 2020
3 Abandon de poste, L'Oeil du 20 heures, France 2, 9 juin 2020

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

2 réactions

  1. Merci pour cet article car notre profession est trop souvent et facilement critiquée. En effet, il a fallu que nous nous adaptions durant cette période, avec notre propre matériel informatique et la difficulté de ne laisser aucun élève de côté. Actuellement, non seulement assurons nous notre mission auprès des élèves dans nos établissements, avec l’inconfort lié au port du masque, mais nous devons de plus, une fois de retour chez nous, assurer la continuité pédagogique pour les élèves qui ont choisi ou sont dans l’impossibilité de revenir au lycée. Le petit reste de temps, nous essayons de le consacrer à nos propres enfants qui ne peuvent parfois pas ou peu être accueillis dans leur établissement à cause du protocole sanitaire. Nous sommes très loin du profil « prof décrocheur », non?

  2. Oui, les profs sont au travail. Ils sont devant leurs élèves et assurent encore du télétravail en parallèle pour assurer la continuité pédagogique des élèves qui ne reviennent pas en classe. Ce télétravail est effectué avec du matériel informatique et des connexions Internet PERSONNELS. Il revient normalement au patron de fournir le matériel nécessaire au télétravail. L’éducation nationale doit donc indemniser les enseignants pour l’utilisation de ce matériel personnel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.