Bilan du quinquennat : est-ce qu’on rempile ?

Bilan du quinquennat : est-ce qu'on rempile ? en version imprimable

L’Éducation est-elle vraiment une priorité ?

 

Le discours de ces 5 dernières années qui consistait à dire que l’enseignement était un des piliers de notre société est très rapidement tombé à l’eau.

À chaque vacances ou en temps de pandémie, on a voulu nous faire croire à un semblant de considération aux détours de vidéos bien senties mais, guère plus, contrairement à ce que le ministère essaie de relayer.

La sauvegarde des services publics et plus particulièrement de l’Éducation est au centre des préoccupations de la CGT Enseignement Privé.

Le Grenelle de l’Éducation … de la poudre aux yeux. On pourra regretter le manque d’enseignant·es présent·es aux ateliers. Nous ne devions certainement pas être à la hauteur des débats laissés aux pédagogues et aux cravatés du col … On en retirera quelques médiocres primes mais aucune réelle revalorisation .

Le COVID … une mascarade ! Un enchainement de protocoles non anticipés et inapplicables. Une double peine pour les enseignant·es avec un total mépris de leurs conditions de travail.

La santé … complètement ignorée : Les enseignant·es sont lassé·es par des promesses non tenues, par un quotidien de plus en plus anxiogène. Les moyens de communication mis en place dans la plupart des établissements sont chronophages et le droit à la déconnexion n’est pas respecté.

Ce n’est pas un hasard s’il y a une baisse significative du nombre de candidat·es au concours et une augmentation des demandes de ruptures conventionnelles sans précédent.

Le ministère ne prend pas la mesure des changements à opérer et se refuse à mettre les moyens nécessaires pour y parvenir.

L’État fait des économies considérables sur les salaires qui sont parmi les plus bas d’Europe, le formation est médiocre ce qui dégrade de manière certaine notre profession.

Les lois ou projets de lois tendent à conférer aux chef·fes d’établissements des prérogatives dangereuses et sont synonymes d’un désengagement des services de l’Éducation !

 

Alors pour préparer correctement notre avenir et celui de nos élèves, à la CGT-EP nous revendiquons :

  • La revalorisation immédiate de 400€ mensuels et une grille salariale représentative de l’évolution de carrière.
  • Une formation initiale de qualité.
  • Un PPCR assuré par les services de l’Éducation Nationale et non délégué aux chef·fes d’établissement.
  • La formation professionnelle continue sur temps de classe
  • La mise en place d’un droit à la déconnexion.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.