Hors-classe – PPCR : patacaisses à répétitions

Dernière minute 21/06/2018 : "annulation" de la campagne de promotions à la hors-classe dans l'Enseignement privé.
Attention : il ne s'agit pas d'une annulation de la campagne 2018*. La procédure va être reprise à zéro. Mais les collègues promu·es dans ces nouvelles conditions seront bien promu·es à la date du 1er septembre 2018.
Concrètement cela signifie que les CCMA "hors-classe" à venir comme les décisions des CCMA "hors-classe" qui sont déjà tenues sont annulées.
À suivre dès leur parution : les nouveaux textes du Ministère.
Contactez-nous par mail pour davantage d'informations.

* certaines académies ont en effet appliqué - à tort - la circulaire n°2014-032 du 26 février 2014

A coup de promesse de plus d’égalité entre les enseignant·es, le PPCR a acté le passage de 2 grades .. à 3. À la « Classe normale » et à la « Hors-classe »… s’ajoute la « Classe exceptionnelle ». Ce dernier grade étant restreint à des personnels ayant exercé 8 années des « fonctions » de responsabilités, autant dire que ce sont essentiellement les directeurs des 1er et 2nd degrés qui atteindront les indices et donc les salaires les plus intéressants.

A ce sujet voir notre 4 pages "PPCR : ne pas être dupes"

La hors-classe : le sésame ?

Pour ce qui est de la Hors-classe :
– elle était accessible à partir du 7e échelon
– elle ne sera dorénavant accessible qu’à partir de la 2e année du 9e échelon

Boost de carrière ?
Son accès pourra alors être « boosté » par un « rendez-vous de carrière » (le n°3) qui aura lieu au cours de cette 2e année du 9e échelon pour un accès direct.

Des incertitudes :
Les rectorats ne sont pas d’accord ou ont des difficultés à répondre à toutes les questions sur l’accès à la Hors-classe :
– « à partir de » ou « durant » la 2e année du 9e : les entretiens de carrière peuvent-ils aussi bénéficié aux fins de 9e échelon, aux 10e et 11e échelon ?
– les 10e et 11e échelons passeront-ils avant ou après les 9e échelons inspecté·es ?

La réalité :
Les collègues qui n’attendent plus le dégel du point de la Fonction publique et encore moins l’accès à la Classe exceptionnelle tablent souvent sur a minima la hors-classe pour augmenter leur salaire.
9e échelon + 731 jours, 10e ou 11e échelon : beaucoup d’entre eux se sentent floués …

Les revendications de la CGT !

Face à cette réforme qui ne règle réellement aucun problème, ni sur les inégalités de carrières, ni sur les salaires trop bas, ni sur le système d’évaluation, nous continuons à porter des revendications offensives.

Sur les salaires

Nous revendiquons une augmentation immédiate de 400 € (90 points d’indices) pour compenser en partie la perte de pouvoir d’achat subie depuis des années.
Les primes doivent être entièrement intégrées au salaire de base.
L’entrée dans le métier doit être rémunérée à hauteur de 2 fois le SMIC.
– Une carrière complète doit aboutir à un doublement minimum du salaire de départ.
La valeur du point doit être indexée sur l’indice des prix.

Sur l’évolution de carrière

 Nous revendiquons une grille unique (un seul grade) avec l’intégration des indices de la Hors classe dans la grille normale et la suppression de la Classe exceptionnelle.
– Le rythme d’avancement doit être le même pour tous.
– Le recours aux décharges de service doit permettre aux collègues d’exercer des fonctions particulières ou de mieux travailler dans des établissements difficiles, en lieu et place du système d’indemnités octroyées actuellement.

Sur l’évaluation

 Nous revendiquons une déconnexion totale entre la rémunération et l’évaluation.
L’objectif d’une évaluation ne doit pas être une sanction (avancement moins rapide) ou une récompense (avancement plus rapide), mais bien une offre de formation ou d’évolution de carrière adaptées à la situation de chacun.
L’évaluation doit porter sur les métiers d’enseignant et de documentaliste et pas sur des critères qui relèvent du management, de la communication et de l’implication dans les projets du chef d’établissement.
Les chefs d’établissement qui relèvent d’une autorité privée, celle de l’enseignement catholique, ne doivent pas participer à l’évaluation des agents de droits publics que nous sommes.

Nous continuons à revendiquer la fonctionnarisation sur place de tous les personnels de l’enseignement privé, seule condition pour aboutir à une réelle égalité de situation avec nos collègues du  public !

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *