5 Décembre contre la précarité … … même dans l’enseignement privé !


La carte des mobilisations du 5 décembre 
5 Décembre : Pour l’emploi, les droits sociaux et contre la précarité … … même dans l’enseignement privé ! en version pdf
Rassemblements le 5 décembre : pour l’emploi, les droits sociaux et les libertés sur le site de la CGT Conf

Revendiquer pour gagner

 

Plusieurs mois se sont écoulés depuis le début de la pandémie et pourtant le gouvernement n’a pas fait le choix d’investir dans les capacités hospitalières. Il n’a pas non plus mis les moyens nécessaires dans l’éducation nationale et a poursuivi sa politique de protection d’intérêts financiers des grands groupes capitalistes de notre pays, au travers d’aides publiques massives sans aucune obligation de sauvegarde d’emplois et d’exonérations de cotisations.

Les restructurations se poursuivent comme s’il ne s’était rien passé et l’emploi de salariés de plus en plus précarisés ne cesse d’augmenter.

Aujourd’hui, ce sont plus d’1 million de licenciements, tous secteurs confondus qui sont annoncés alors que les grandes entreprises verseront plus de 30 milliards d’euros de dividendes aux actionnaires du CAC 40 en 2020.

Aujourd’hui, 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont recensées dont 3 millions d’enfants.

Cette crise sanitaire est un drame mais elle ne doit pas pour autant servir de prétexte pour la remise en cause de nos libertés. Elle ne doit pas non plus « confiner » notre activité car les salariés ont plus que jamais besoin d’une CGT offensive à leur côté.

Le monde d’après ne se construira pas sans les salariés. Ce 5 décembre 2020 doit constituer un moment fort pour exiger que les femmes et les hommes soient enfin placés au centre des orientations politiques, par une meilleure répartition des richesses pour une réelle prise en compte des besoins.

AESH: UN METIER INDISPENSABLE … TRAITÉ AU RABAIS

 

Indispensables pour permettre aux élèves ayant des besoins particuliers de suivre leur scolarité, les AESH font pourtant partie des personnels les moins bien traités:

  • Temps partiel imposé (en moyenne 62%)
  • Enchaînement des contrats courts (CDD)
  • Indice de rémunération parmi les plus bas de la fonction publique (329)

En conséquence, le salaire net mensuel des AESH s’lève en moyenne à 760 € et se situe donc en-dessous du seuil de pauvreté.

MAITRES DÉLÉGUÉ·ES AUXILIAIRES: DES ENSEIGNANT·ES… PAS COMME LES AUTRES

 

Représentant 23.2% des enseignant·es des établissements privés, les DA exercent le même métier que leurs collègues titulaires, à quelques exceptions près:

  • Plus flexibles, les DA bouchent les trous à droite et à gauche, changeant d’affectation d’une année sur l’autre, souvent à temps partiel et sur plusieurs établissements.
  • Moins chers, leurs salaires sont moins élevés que ceux des titulaires (de –11% à –18% en début de carrière)
  • Éjectables, même en CDI, les DA peuvent se retrouver sans emploi.

PERSONNELS DE DROIT PRIVE (OGEC, CNEAP …)

 

Personnels d’entretien, d’éducation, administratif, … autant de métiers indispensables au bon fonctionnement quotidien des établissements, rémunérés sur des grilles scandaleusement basses, souvent à temps partiel imposé,  corvéables  et fragilisés par la crainte de perdre leur emploi.

La CGT Enseignement Privé invite l’ensemble des salarié·es  et retraité·es à rejoindre
les diverses initiatives et manifestations proposées en région par la CGT.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.