4/07/2022 : la CGT-EP reçue au MEN

4/07/2022 : La CGT-EP reçue au MEN en version pdf

 

Nous plaçons ici ⬆️ les thématiques et revendications que nous avons abordées avec F.Bonnot ce 4 juillet. Ce dernier n’a pu nous donner quasiment aucune réponse notamment sur le manque évident de considération à l’égard des personnels de l’enseignement privé. Comment, dans ces conditions, faire cesser les souffrances au travail et le #pasdevague trop courant dans l’enseignement privé sous contrat ?
La CGT-EP sera de nouveau reçue à la rentrée de septembre 2022 par le cabinet de Pap Ndiaye.

En attendant cette prochaine réunion, nous remarquons que le Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique a quant à lui d'ores et déjà été reçu à deux reprises par le cabinet.
Les revendications de l'Enseignement catholique sont constantes : elles peuvent se résumer à des demandes
- d'argent public supplémentaire (subvention, aides publiques, fiscalité avantageuse, financement des AESH). Attention : les personnels ne bénéficieront pas pour autant de meilleurs salaires ou meilleures conditions de travail.
- de plus droits pour les chefs d'établissement du privé (révision des accords de l'emploi, augmentation des prérogatives des chefs d'établissement du 2nd degré, révision du régime de disponibilité) alors qu'il serait au contraire nécessaire de contrôler la légitimité et la légalité de leurs décisions au sein des établissements. La CGT demande donc que le Ministère et les rectorats réaffirment clairement leur position d'employeur. Sans cette clarification, c'est l'enseignement catholique qui décide sans avoir à assumer aucune responsabilité.

La seule revendication commune à la CGT et au SGEC est celle de la demande d'alignement des grilles de rémunération des maîtres délégué·es du privé sur celles des contractuel·les du public.... mais pas pour les mêmes raisons. La CGT dénonce depuis toujours les conditions de travail des collègues précaires ; le SGEC quant à lui craint soudainement la pénurie et la difficulté de trouver des remplaçant·es. Mieux payer les précaires du privé signifierait simplement attirer du personnel qui a aujourd'hui tout intérêt à travailler dans l'enseignement public (conditions de travail et salaires plus décents).
Les revendications du Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique en juin 2022 :
4 dossiers « majeurs » 2 dossiers « urgents » 3 questions « techniques »
  • Subvention de la restauration scolaire
  • Accès systématique aux dispositifs d’aides publiques pour les élèves scolarisés dans le privé
  • Fiscalité avantageuse pour l’immobilier scolaire et la mise aux normes
  • Égalisation entre les grilles de rémunération des suppléant·es du privé et remplaçant·es du public
  • Financement de la prise en charge des AESH sur la pause méridienne pour les élèves notifié·es

https://twitter.com/CGT_EP/status/1544002916805132290?t=1IElc8W2Wbx8HIpjFpXomg&s=08

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.